Polycopies 2016

Innocences au Petit Salon – Polycopies 2016

polycopies2016-1Innocences présentera ses différents ouvrages au salon Polycopies les 11 et 12 novembre 2016, et proposera à la vente des tirages photographiques originaux, issus de la collection Jean-Marie Donat.

Innocences présentera les ouvrages de la collection Vernaculaire !

… ainsi que les ouvrages publiés hors collection

Innocences présentera à Polycopies deux œuvres originales, issus de la collection Jean-Marie Donat.

  • Jean-Marie Donat, « Richter Lenticular » (2016)
  • Jean-Marie Donat, « IV gallows » (2016)

SALON POLYCOPIES 11 et 12 novembre 2016
Signature : le 11 novembre 2016, toute la journée
Adresse : Bateau Concorde-Atlantique, Port de Solferino, 75007 Paris
Organisateur : Sebatian Arthur Hau
Site de l’événement : http://www.polycopies.net/
Facebook de l’événement : https://www.facebook.com/events/1314451098588418/

 

Photography Never Dies

History and future of photographic medium
/Histoire et futur du medium photographique

pnd

 

Exposition de trois séries de la Collection Jean-Marie Donat – 17 Novembre 2016

Dans le cadre de l’événement Wroclaw 2016, Capitale Européenne de la Culture, l’exposition Photography Never Dies se tiendra à la gare Centrale de Wroclaw de novembre 2016 à janvier 2017. Cette exposition collective interroge sur le passé et le devenir de la photographie en tant que medium. Elle reprend notamment les trois séries de la collection Jean-Marie Donat présentées en 2015 à Arles. Ces trois series – TEDDYBÄR, BLACKFACE et PREDATOR – ont été exposées à la Chapelle de la Charité sous le titre Vernaculaire ! Trois séries de la collection Jean-Marie Donat dans le cadre de la programmation officielle des Rencontres de la Photographie d’Arles 2015. Ces trois séries ont également fait l’objet d’ouvrages en édition limitée à 500 exemplaires numérotés, publiés par les éditions Innocences.

Vernissage : 17 November 2016
Lieu :
Gallery at the Main Train Station, ul. Piłsudskiego 105
Date d’exposition : 17 November 2016 – 5 January 2017
Commissaire d’exposition : Krzysztof Candrowicz
Organisateur : Europejska Stolica Kultury Wrocław 2016
Site de l’événementhttp://www.wroclaw2016.pl/photography-never-dies.-history-and-future-of-photographic-medium
Facebook de l’événement : https://fr-fr.facebook.com/events/1544501335853608/

 

***

 

Présentation de l’exposition

Par l’institution organisatrice

The exhibition is devoted to photography and presents its history form the moment of its inception. Apart from renowned authors and curators such as Erik Kassels or Loretta Lux, the audience will have an opportunity to view archival daguerreotypes, carte de visite which will be presented together with the contemporary amateur photos from Instagram or Flickr. In spite of the exhibition’s tittle statement “Photography never dies”, the idea of capturing still images has survived and it is better than ever – photography never dies!

Par le commissaire de l’exposition Krzysztof Candrowicz

THE STORY OF THE PAST AND THE FUTURE OF THE MEDIUM : Photography Never Dies in the exhibition dedicated to photography and its history. It is not an encyclopaedic or historical study but rather a metaphor and an illustrated story about the photographic medium. The presentation consists of photography icons from last 177 years, as well as archive photographs and contemporary amateur photographs from Instagram or Facebook. In addition to works of recognized artists and curators, such as Erik Kessels, Catherine Balet and Francesca Seravalle. Despite the death of photography as we know it, the idea of preserving reality on still images have survived and is flourishing better than ever, because photography never dies.

CHAPTER 1: THE BIRTH OF PHOTOGRAPHY BY FRANCESCA SERAVALLE
CHAPTER 2: THE PATH OF PHOTOGRAPHY BY CATHERINE BALET
CHAPTER 3: THE ICONS OF PHOTOGRAPHY BY JOJAKIM CORTIS & ADRIAN SONDEREGGE
CHAPTER 4: THE PRIVACY OF PHOTOGRAPHY BY JEAN-MARIE DONAT
CHAPTER 5: THE MAN OF PHOTOGRAPHY BY VOLKER HINZ
CHAPTER 6: THE EXPERIENCE OF PHOTOGRAPHY BY ARTUR URBANSKI
CHAPTER 7: THE OPENESS OF PHOTOGRAPHY BY TOM STAYTE
CHAPTER 8: THE IMMORTALITY OF PHOTOGRAPHY BY ERIK KESSELS

 

***

 

Présentation des séries exposées de la collection Jean-Marie Donat
(Extraits du catalogue)

INTRODUCTION. The 3 series presented are from a collection of 10,000 photos. One of their distinguishing characteristics is the repetition of a detail, which creates a sense of strangeness that questions the source of feelings. The body of work tells stories to those who know how to listen to them. Jean-Marie Donat is an informed collector of photographs, which he has been gathering, for more than twenty-five years, during his journeys in Europe and the United States. The collection revolves around a powerful idea: providing a singular interpretation of the century. His photographs collection is subject of exhibitions throughout Europe and books in rare limited and unique edition.

« The art of assembly, montage, and juxtaposition assuredly creates connections between those images. The oblique gaze we cast upon them is the true constituent of the grouping that gives them significance, without which those images would remain dispersed, scattered, unknown, uncomprehended. »

Jacinto Lageira, about the Jean-Marie Donat Collection.

BIOGRAPHY. Born in 1962 in Paris, France, Jean-Marie Donat has worked in publishing for thirty years. He contributed to the trendy Italian review ‘Frigidaire’ at the beginning of the 1980s, and was the studio manager and artistic director of Sarbacane Design for fifteen years, and participated in 2003 in launching les éditions Sarbacane. He now manages his own publishing company, AllRight. In 2015, Les Rencontres d’Arles is an occasion for him to launch Innocences, a publishing house dedicated to images of all kinds.

 

 

livre-teddybarTEDDYBAR. These intriguing snapshots were taken by street photographers between the end of the First World War and the late 1960s. These prints were discovered by collector Jean-Marie Donat in various regions of Germany. Anonymous models pose next to placid, playful, sometimes disturbing polar bears: these bears traverse the decades, unchanged. The history of Germany unfolds.

« It is difference that intrigues us. More than multiplication, it is the multiplicity of bears and clients that holds the attention. […] we find, in this low art corpus, elements of the most sophisticated high art image structuring. Beyond the type of bear, the relationships formed during the shot, and rare, unexpected framings, it is our own perception of these photographs that must be examined. What does our spontaneous way of looking at these images teach us about our gaze? In short, this is an opportunity to perform an analysis, rudimentary as it may be, of how we see. »

By Klaus Peter Speidel, artist and philosopher.

 

 

 

livre-predator

PREDATOR. These photographs were taken in the 1920s through the 1970s, throughout the world. They have one detail in common, which reminds us of the history of amateur photography: the shadow of the photographer. Donat appropriated this incongruity, choosing only images in which the shadow appears wearing a hat. The effect of repetition created by imagining this series becomes its subject: the same man looms, always and everywhere.

« As a similar shadow reappears in multiple photographs, this familiar apparition becomes, in fact, a familiar: strange, bizarre, disturbing, what is known in German as disturbing strangeness (Unheimlich), a non-familiar that nonetheless presents a familiar face, homely yet eldritch, an other that is still, somehow, known. […] We are thus given access to a sort of view from nowhere, as though the shadow were engendered naturally without the assistance of instrument or technique. This third gaze is found there, somewhere, in the shadow of its shadow. »

By Jacinto Lageira, Professor of aesthetics a Paris-Sorbonne and art critic.

 

 

 

 

livre-blackface

BLACKFACE. These photographs were taken in the United States between 1880 and the late 1960s. Some of them promote troupes of travelling performers: the minstrel shows in which whites made up as blacks incarnated, in musical numbers, the « good coloured folkâ” whose music Americans particularly appreciated. Other pictures are souvenirs from private parties, birthdays, or carnivals.

« To put on the face of the other is a primitive ritual that may release primitive emotions. M. Donat’s photographs take us to the dark side of reality, the mysterious side of ourselves, filled with desire to know who we are and to feel more deeply our hallucinatory reality, our pathetic delirium. But the racial dimension of being another is something beyond the scope of what we can grasp unless we accept that skin is merely a covering of a person’s soul, and that ultimately we are all the same. »

By Robert C. Morgan, art critic, professor at the School of Visual Arts, New York.

 

Arles 2016 – Prêts aux Expositions

Dans le cadre des Rencontres de la Photographie d’Arles 2016, Innocences est heureux d’annoncer le prêt par la collection Jean-Marie Donat de plusieurs tirages pour 2 expositions de la programmation officielle des Rencontres 2016.

« Monstres, faites-moi peur ! »

Un regard oblique sur les monstres au cinéma.
à La Grande Halle, 4 juillet – 25 septembre
Présentation de de l’exposition : ici

13592320_1182097301813581_7205893202290789879_n  13603682_1182097248480253_5465011674692214422_o  13653134_1182097255146919_8745972629793852791_o  13662068_1182097265146918_7548182117082323754_o

Lady Liberty

La fabrique photographique d’une icône.
au musée départementale Arles Atlantique, 4 juillet – 11 septembre
Présentation de de l’exposition : ici

 


Arles 2016 – The Eyes Talks

Intervention de Jean-Marie Donat, collectionneur et éditeur.

Dans le cadre des rencontres de la Photographie d’Arles 2016, le magazine THE EYES initie les The Eyes Talks autour de la photographie, de l’édition et de l’Europe. Suite à la sélection du portfolio U.S.E (le projet U.S.E – United State of Europe) proposé par Jean-Marie Donat et publié par The Eyes lors de la semaine d’ouverture des Rencontres, le magazine lui a proposé de présenter sa démarche de collectionneur et d’éditeur.

13482840_1085228851551865_5657733674333530693_oPrésentation de The Eyes Talks :

Un rendez-vous unique mêlant créativité, passion et engagement ! A l’occasion de la sortie de The Eyes N°6 sur le thème Questions de Territoire(s), l’équipe de The Eyes organise la 1ère session des The Eyes Talks dans le cadre des Rencontres d’Arles. The Eyes Talks c’est un programme de rencontres au concept court dédié à la photographie, à l‘Europe et à l’édition photo. Dans un esprit d’ouverture et de partage, une tribune est proposée aux acteurs du monde de la photographie, tous domaines confondus. Chacune des 20 personnalités invitées nous fait partager une idée ou un projet dans un format imposé de 8 minutes.

Mistral, Cosmos Arles Books, le nonante-neuf
13h – 13h45 mercredi 6 juillet : 
– Emeric Lhuisset, photographe
– Christine Ollier, commissaire d’exposition et directrice de la galerie Les Filles du Calvaire
– Sebastien Ruiz, secrétaire général du fonds de dotation agnès b.
Robert Morat, galeriste
– Jean-Marie Donat, collectionneur et éditeur.

 

 

 


 

Arles 2016 – Presentation de Photography Never Dies

Exposition de trois séries de la Collection Jean-Marie Donat – Novembre 2016

Dans le cadre de Wroclaw, capitale européenne de la culture 2016, l’exposition « Photography Never Dies » se tiendra à la gare Centrale de Wroclaw en novembre 2016. Cette exposition collective, qui interroge sur 8 chapitres le passé et le devenir de la photographie en tant que medium, reprend notamment les trois séries de la collection Jean-Marie Donat présentées à la Chapelle de la Charité sous le titre « Vernaculaire ! Trois séries de la collection Jean-Marie Donat », à l’occasion des Rencontres de la Photographie d’Arles en 2015 : TEDDYBÄR, BLACKFACE et PREDATOR.

Ces trois séries avaient fait l’objet d’ouvrages en édition limitée à 500 exemplaires numérotés.

BLACKFACE_1 PREDATOR_0 TEDDY_01

Présentation de l’exposition Photography Never Dies par KRZYSZTOF CANDROWICZ, curator. 
THE STORY OF THE PAST AND THE FUTURE OF THE MEDIUM: Photography Never Dies in the exhibition dedicated to photography and its history. It is not an encyclopaedic or historical study but rather a metaphor and an illustrated story about the photographic medium. The presentation consists of photography icons from last 177 years, as well as archive photographs and contemporary amateur photographs from Instagram or Facebook. In addition to works of recognized artists and curators, such as Erik Kessels, Catherine Balet and Francesca Seravalle. Despite the death of photography as we know it, the idea of preserving reality on still images have survived and is flourishing better than ever, because photography never dies.

CHAPTER 1: THE BIRTH OF PHOTOGRAPHY BY FRANCESCA SERAVALLE
CHAPTER 2: THE PATH OF PHOTOGRAPHY BY CATHERINE BALET
CHAPTER 3: THE ICONS OF PHOTOGRAPHY BY JOJAKIM CORTIS & ADRIAN SONDEREGGER
CHAPTER 4: THE PRIVACY OF PHOTOGRAPHY BY JEAN-MARIE DONAT
CHAPTER 5: THE MAN OF PHOTOGRAPHY BY VOLKER HINZ
CHAPTER 6: THE EXPERIENCE OF PHOTOGRAPHY BY ARTUR URBANSKI
CHAPTER 7: THE OPENESS OF PHOTOGRAPHY BY TOM STAYTE
CHAPTER 8: THE IMMORTALITY OF PHOTOGRAPHY BY ERIK KESSELS

Curator: Krzysztof Candrowicz
Organisateur : Europejska Stolica Kultury Wrocław 2016
toutes les informations ici

– Extrait du catalogue –

INTRODUCTION. The 3 series presented are from a collection of 10,000 photos. One of their distinguishing characteristics is the repetition of a detail, which creates a sense of strangeness that questions the source of feelings. The body of work tells stories to those who know how to listen to them. Jean-Marie Donat is an informed collector of photographs, which he has been gathering, for more than twenty-five years, during his journeys in Europe and the United States. The collection revolves around a powerful idea: providing a singular interpretation of the century. His photographs collection is subject of exhibitions troughout Europe and books in rare limited and unique edition.
« The art of assembly, montage, juxtaposition assuredly creates connections between those images. The oblique gaze we cast upon them is the true constituent of the grouping that gives them significance, without which those images would remain dispersed, scattered, unknown, uncomprehended. » Jacinto Lageira, about the Jean-Marie Donat Collection.
Born in 1962 in Paris, France, Jean-Marie Donat has worked in publishing for thirty years. He contributed to the trendy Italian review ‘Frigidaire’ at the beginning of the 1980s, and was the studio manager and artistic director of Sarbacane Design for fifteen years, and participated in 2003 in launching Éditions Sarbacane. He now manages his own publishing company, AllRight. In 2015, Les Rencontres d’Arles is an occasion for him to launch Innocences, a publishing house dedicated to images of all kinds.

TEDDYBÄR. These intriguing snapshots were taken by street photographers between the end of the First World War and the late 1960s. These prints were discovered by collector Jean-Marie Donat in various regions of Germany. 
Anonymous models pose next to placid, playful, sometimes disturbing ‘polar bears’: these bears traverse the decades, unchanged. The history of Germany unfolds.
« It is difference that intrigues us. More than multiplication, it is the multiplicity of bears and ‘clients’ that holds the attention. . […] we find, in this low art corpus, elements of the most sophisticated high art image structuring. Beyond the type of bear, the relationships formed during the shot, and rare, unexpected framings, it is our own perception of these photographs that must be examined. What does our spontaneous way of looking at these images teach us about our gaze? In short, this is an opportunity to perform an analysis, rudimentary as it may be, of how we see.  » By Klaus Peter Speidel, artist and philosopher.

PREDATOR. These photographs were taken in the 1920s through the 1970s, throughout the world. They have one detail in common, which reminds us of the history of amateur photography: the shadow of the photographer. Donat appropriated this incongruity, choosing only images in which the shadow appears wearing a hat. The effect of repetition created by imagining this series becomes its subject: the same man looms, always and everywhere.
« As a similar shadow reappears in multiple photographs, this familiar apparition becomes, in fact, a familiar: strange, bizarre, disturbing, what is known in German as ‘disturbing strangeness’ (Unheimlich), a non-familiar that nonetheless presents a familiar face, homely yet eldritch, an ‘other’ that is still, somehow, known. […]We are thus given access to a sort of view from nowhere, as though the shadow were engendered naturally without the assistance of instrument or technique. This third gaze is found there, somewhere, in the shadow of its shadow. » By Jacinto Lageira, Professor of aesthetics a Paris-Sorbonne and art critic.

BLACKFACE .These photographs were taken in the United States between 1880 and the late 1960s. Some of them promote troupes of travelling performers: the minstrel shows in which whites made up as blacks incarnated, in musical numbers, the ‘good coloured folk’ whose music Americans particularly appreciated. Other pictures are souvenirs from private parties, birthdays, or carnivals.
« To put on the face of the other is a primitive ritual that may release primitive emotions. M. Donat’s photographs take us to the dark side of reality, the mysterious side of ourselves, filled with desire to know who we are and to feel more deeply our hallucinatory reality, our pathetic delirium. But the racial dimension of being another is something be\yond the scope of what we can grasp unless we accept that skin is merely a covering of a person’s soul, and that ultimately we are all the same. » by Robert C. Morgan, art critic, professor at the School of Visual Arts, New York.

——

L’exposition « PHOTOGRAPHY NEVER DIES  »
a été présentée lors des Rencontres de la Photographie d’Arles 2016.

.A_polish_paradise_PND


 

Arles 2016 – Cosmos PDF Award

Le projet INNOCENCES shortlisté.

Pour cette 2e édition du COSMOS PDF AWARD dans le cadre de COSMOS ARLES BOOKS (Les Rencontres de la photographie d’Arles 2016), INNOCENCES a proposé un projet autour d’un série intitulée NO SEX. Cette maquette d’ouvrage (dummy book), shortlistée 10e, répondait au thème proposé par COSMOS sur les limites de la photographie d’aujourd’hui.
Le projet d’INNOCENCES sélectionné est constitué de reproductions de photographies numériques, dématérialisées, glanées sur la Toile, de tirages originaux à caractère érotique. Ces tirages originaux on été partiellement recouverts pour pouvoir passer entre les mailles de la censure.

3D-NO_SEXNO_SEX 4

NO_SEX 5 NO_SEX 6 NO_SEX 7

Note d’intention de Jean-Marie Donat pour le projet NO SEX – COSMOS ARLES BOOKS :

« NO SEX est une collection de photographies constituée par Jean-Marie Donat. Il s’agit d’un corpus regroupant des images dématérialisées glanées sur la Toile à l’occasion de leur mise en vente par des inconnus. Ces tirages originaux représentent des nus à caractère plus ou moins érotique, voir pornographique. Afin de contourner la censure et la modération des plates-formes d’enchères en ligne, les vendeurs ont pour habitude de cacher par des pièces de monnaie ou des stickers plus ou moins évocateurs les parties du corps considérées comme « posant problème » par les censeurs.

Une double appropriation. Par un effet paradoxal, les pièces de monnaie posées sur ces photographies originales deviennent des ornements, comme des offrandes à la nudité, cachant pour mieux dévoiler l’essence de ces images. Les vendeurs, en les composant, participent à leur transformation. L’effet « Streisand »* joue à plein : l’interdit même provoque l’intérêt et favorise la diffusion du document censurable. La démarche d’appropriation de ces images transfigurées se concrétise par l’accumulation qu’en fait Jean-Marie Donat et le sens qu’il leur confère en leur donnant un titre : NO SEX. Par la réalisation d’une création éditoriale, ces images dématérialisées par nature sont libérées de leur fonction informative initiale (dans le cadre d’une transaction en ligne) pour devenir des images poétiques. Le cache – pièce, sticker, gommette… –, dont la fonction est également celle d’une contremarque évitant la reproduction des photographies originales en les dégradant, renforce ce basculement d’une nature fonctionnelle informative de l’image vers un intérêt esthétique du corpus.

Politique « no sex » et autocensure. Ces photographies d’images autocensurées illustrent également la politique « no sex » de la majeure partie des sites et des réseaux sociaux mainstream de partage d’images, et les limites de la diffusion de la photographie à l’ère numérique, reléguant celle du nu ou de certains documents historiques à des sites spécialisés. Cela nous interroge sur les limites de la diffusion de telles images sur des critères pouvant paraître arbitraires et, par extension, sur l’autocensure qui pourrait en découler dans la pratique actuelle de la photographie.« 

(*L’effet Streisand est un phénomène médiatique au cours duquel la volonté d’empêcher la divulgation d’informations que l’on aimerait garder cachées – qu’il s’agisse de simples rumeurs ou des faits véridiques – déclenche le résultat inverse.)

COSMOS ARLES BOOKS : toutes les informations ici

 


 

Arles 2016 – Magazine THE EYES

Le projet U.S.E. d’Innocences sélectionné.

13495065_1086052408136176_5108452658284182539_n (2)Pour cet appel à projet lancé par le magazine The Eyes autour du sujet « Eyes on Europe : Questions de Territoire(s) », INNOCENCES a proposé le projet « U.S.E. – United States of Europe », autour d’une série de cartes postales de type « Big Letters » de la collection Jean-Marie Donat, illustrant des villes américaines au nom de métropoles européennes.

Le projet U.S.E. fera donc l’objet d’un portfolio édité par la revue THE EYES et publié pendant Les Rencontres de la photographie d’Arles 2016.

 

En parallèle, Jean-Marie Donat présentera son travail, et particulièrement la série U.S.E., lors d’une intervention dans le cadre des THE EYES TALKS à COSMOS ARLES BOOKS durant la semaine d’ouverture des Rencontres.

CARTE_POSTAL002BD (1) - copieCARTE_POSTAL009

CARTE_POSTAL013CARTE_POSTAL015 CARTE_POSTAL016Capture d’écran 2016-06-22 à 13.59.13

 

 

Note d’intention de Jean-Marie Donat pour le projet  U.S.E.- United States of Europe :

« la série est une mise en abime autour de cartes postales américaines. Ces villes européennes sont restées dans l’esprit des pionniers un paradis perdu qu’ils ont nécessairement projeté dans leur conquête du territoire et la création de nouvelles villes – des villages – portant leur nom.

Ce modèle originale a par la suite été dépassé et à donné naissance à la ville américaine. Le modèle américain s’est imposé en Europe, notamment au niveau culturel et commercial, mais aussi urbanistique, politique et environnemental. Ces cartes explorent l’influence des Etats-Unis sur les villes européennes, qui furent jadis leur propre modèle.« 

Magazine THE EYES : toutes les informations ici

 


 

Arles 2016 – BYOPaper! (Bring Your Own Paper!)

Le projet INNOCENCES sélectionné

Pour cette 2e édition de BYOPaper! dans le cadre des Rencontres d’Arles 2016, INNOCENCES a proposé un projet autour de la série RORSCHACH. Cette installation accompagnera la sortie de l’ouvrage RORSCHACH pour le COSMOS ARLES BOOKS.
Le projet d’INNOCENCES sélectionné est constitué de tirages grands formats qui seront collés sur les murs de la friche industrielle des papeteries Étienne, située dans le quartier de Trinquetaille.

Capture d’écran 2016-06-22 à 11.46.32

(Dimensions : hauteur des tirages 2 m, installation collée sur 5 m linéaires de mur)

Note d’intention de Jean-Marie Donat pour le projet Roschach – BYOPaper! :

« Je propose des agrandissements de tirages originaux issus de la série RORSCHACH, faisant partie de ma collection de photographies. Cette série fait également l’objet d’un ouvrage lancé à COSMOS 2016, qui réunit plus de 120 photographies rares en provenance du monde entier, réalisées entre les années 1890 et les années 1950. En parallèle de la publication de ce corpus, BYOPaper est l’occasion d’approfondir le processus d’appropriation des photographies originales par la modification du format et par le recadrage.

Par l’introduction d’un élément perturbateur – ce geste de basculement à 90° de clichés originaux anciens représentant des paysages se reflétant dans des miroirs d’eau –, je crée, par une symétrie verticale, une perte de repères qui permet à l’observateur d’y projeter son imaginaire.

La série RORSCHACH confère une dimension plus vaste au concept de paysage et en approfondit le mystère. On passe ici d’une image de paysage figurative à un visuel abstrait, comme un basculement de réalité. Ces paysages naturels deviennent des paysages – des terrains de jeu ? – mentaux qui accordent la possibilité d’y introduire sa propre signification. »

(Le test de Rorschach est un outil clinique d’évaluation psychologique de type projectif, constitué d’une série de planches de taches symétriques.)

BYOPaper 2016 : toutes les informations ici

 


 

Arles 2016 – COSMOS ARLES BOOKS

Salon COSMOS ARLES BOOKS (du 4 au 9 juillet)

Rorschach_couverture-platInnocences présentera deux nouveaux ouvrages à l’occasion du salon COSMOS ARLES BOOKS dans le cadres des Rencontres 2016.
L’ouvrage RORSCHACH rejoint les titres TEDDYBÄR, PREDATOR et BLACKFACE dans la collection Vernaculaire !

 

 

 

 

 

WTF_COUV… Et l’ouvrage WTF! – What The Fuck! sera le deuxième ouvrage présenté à COSMOS cette année.
Il enrichira le catalogue d’ouvrages consacrés la la photographie des éditions Innocences.

 

 

 

 


 

Interviews de Jean-Marie Donat, collectionneur

Du collectionneur à l’artiste, de la collection à l’œuvre…

Suite à la conférence organisé opar Le BAL en novembre 2015, Anne-Frédérique Fer de France Fine Art – Actualité des Arts a rencontré Jean-Marie Donat pour une interview sur sa collection de photographie vernaculaire et sur sa démarche de collectionneur.

016_Artistes_Jean-Marie-Donat_1 016_Artistes_Jean-Marie-Donat_2 016_Artistes_Jean-Marie-Donat_3

Présentation de l’interview par Anne-Frédérique Fer :

« La première rencontre avec Jean-Marie Donat se passa en juillet 2015, à Arles lors des Rencontres de la photographie où pour la première fois, il montrait physiquement sa collection au public. Une collection, sous forme de séries qu’il construit depuis plus de 25 ans, constituée de photographies d’anonymes, sorties d’albums de familles. Cet été, nous pouvions découvrir TeddyBär, Blackfaces et Predator, 3 de ses séries. Une infime partie de la collection, la face visible de l’iceberg qui comptent plus de 10 000 images. Soigneusement classées dans des petites boîtes, les photographies récoltées deviennent des trésors, indices des ensembles qu’il constitue. Par son regard, par les noms qu’il donne à ces ensembles, Jean-Marie Donat guide notre regard vers d’autres histoires. Il nous pousse à la réflexion, à voir différemment les composants de l’histoire populaire et collective. Par la manipulation de la matière photographique, il transforme sa collection en oeuvre. »

016_Artistes_Jean-Marie-Donat_audio

Ecouter l’intégralité de l’interview ici
© Anne-Frédérique Fer, FranceFineArt, Paris 16/12/2015.

Les sujets abordés :
– la genèse et la série Teddybär
– la démarche du collectionneur
– la constitution d’une oeuvre
– l’influence du regard
– l’intervention sur la photographie et l’appropriation du visuel avec les series Rorschach et Duelist
– la frontière entre le collectionneur et l’artiste
– les prochains projets, un regard particulier sur l’Amérique
– le choix d’une époque et l’importance du filtre du temps
– la photographie vernaculaire et la ré-interprétation de l’histoire

 

Interview à l’occasion de l’exposition Arles 2015
et du lancement d’ INNOCENCES

Anne-Fréderique Fer avait rencontré Jean-Marie Donat à l’occasion de l’exposition « Vernaculaire ! trois séries de la collection Jean-Marie Donat » lors des Rencontres de la photographie Arles 2015.

1668_Vernaculaire_audio

Vous pouvez ré-écouter son premier interview sur les séries TeddybärPrédator et Blackface  ici 
© Anne-Frédérique Fer, FranceFineArt, Arles 08/07/2015.